Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2020 2 09 /06 /juin /2020 16:52


Sur les pattes de fourmis

Le laboratoire où je travaillais en tant qu'ingénieur d'étude du CNRS, spécialisé en électronique numérique et programmable était installé sur le GLM Groupement des Laboratoires de Marseille appartenant au CNRS au Chemin Joseph Aiguier. En plus d'une forte présence administrative, il y avait surtout trois unités composées de deux Instituts et d'un Laboratoire. Le LMA, Laboratoire de Mécanique et d'Acoustique où j'étais affecté, dans lequel je développai des instruments de mesures et j'y faisais aussi de la mesure au profit de nombreuses équipes de recherche. Il y  avait aussi un gros Institut de Neurophysiologie et un autre de Biologie Moléculaire. Ces trois unités vivaient séparées les unes des autres dans des bâtiments dédiés. Bien entendu on trouvait les servitudes inhérentes à l'activité recherche et enseignement comme une petite bibliothèque avec documentalistes, un restaurant, des chambres pour les invités de passage, et ce qui me faisait dévier de mes routes c'était une animalerie qui méritait le détour l'été lorsque tous les animaux étaient dehors dans leurs grandes cages ; les singes avaient le plus grand succès bien entendu. Nous étions si peu d'électroniciens convertis au numérique sur le campus que nous nous connaissions très bien, ce qui nous  permettait d'échanger des idées sur cette nouvelle technologie. Pour d'autres raisons j'allais voir les uns et les autres, ici pour avoir de l'azote liquide pour mes caméras infrarouges, ailleurs pour avoir de la glace pilée finement pour que je puisse procéder à l'étalonnement de mes thermomètres mercure avec le 0°C etc.
Mon histoire de pattes de fourmis commence maintenant. Pour aller voir un collègue qui logeait dans l'Institut de Neurophysiologie, je passais par le sous-sol, c'était un long couloir éclairé par quelques tubes fluorescents donnant un aspect lugubre à cet endroit. Par contre il y avait toujours un bruit permanent de moteurs électriques entraînant des pompes diverses et variées. Le premier local que je croisais m'était très familier puisque c'est là que se trouvait les réserves de bombonnes d'azote liquide en forme de tronc de cone qui me servaient à remplir ma petite bouteille thermos pour alimenter mes caméras infrarouges, enfin, celles qui n'étaient pas refroidies par effet Pelletier. Il régnait dans ce local une  odeur peu agréable, car au fond de cette grande pièce climatisé "grand froid" il y avait des cages d'escargots ici, grillons là et d'autres insectes destinés à servir de cobayes pour les neurosciences. Plus loin il y avait un de mes grands réjouissement, un petit local noir à la porte toujours ouverte, et trônant au milieu de ce local se trouvait tel un totem dressé, un microscope électronique du plus bel effet qui n'attendait que ses opérateurs ; j'étais fasciné par cet imposant instrument.

Typique microscope électronique tel qu'installé dans ce sous-sol de l'institut. Doc X)

Plus loin enfin j'arrivais à mon but, c'était un grand local bureau/atelier, lui aussi plongé dans le très sombre et pour cause, c'était une ancienne chambre noire de photographe. Il y avait quelques soupiraux occultés par de lourdes tentures de drap noir. Sur un côté se trouvait l'objet de ma visite, un bureau métallique format ministre des années soixante couleur verte. Sur ce bureau se trouvait un fouillis de papiers, de tirés à part, de livres, d'une lampe de bureau mainte fois vue dans ce type de mobilier. Elle éclairait mon camarade qui se tenait assis l'air abattu, la tête entre ses mains. Je l'interpellais, "Jacques", il s'appelait Jacques, que t'arrive-t-il ? Il me grommela une phrase indéchiffrable. Ils sont devenus fous, complètement fous, il se redressa sur son fauteuil et me désigna dans une grande zone encore plus sombre une table de travail qui était en fait un ancien marbre d'ajusteur. En écarquillant les yeux, je devinais posé sur cette table un cylindre de moteur d'avion, sans doute issu d'un  gros moteur en étoile d'un ancien aéroplane. Mon regard allait de l'objet à mon collègue ravi de voir qu'il allait avoir un auditeur averti. Mais de quoi s'agit-il lui demandais-je ? Ils sont fous reprit-il, figure toi qu'ils se sont avisés que les pattes des fourmis chauffent lorsqu'elles  sont excitées et mon travail est de trouver une astuce pour mesurer la température des pattes de fourmis... !

Là, je dois dire que je préférais qu'on lui pose un tel problème à résoudre plutôt qu'à moi ! Tout ingénieur qu'il soit il était loin de sa  spécialité, comme moi, l'électronique numérique. Mais à qui demander ça si ce n'était lui qui devait au final numériser l'expérience ? Je tournais ma tête d'un côté pour regarder l'ébauche de montage, puis de l'autre pour regarder le fouillis de son bureau et lui, l'air accablé ; ils n'avaient trouvé que Jacques pour essayer d'avoir une solution !

Le temps a passé et je ne sais pas s'il a trouvé une technique pour résoudre le problème, mais je dois dire que même habitué à faire des mesures ou le thermique jouait un rôle majeur sur le moment, je ne voyais pas comment je m'y serais pris pour convaincre une fourmi de rester tranquille pendant qu'une caméra infrarouge aurait opéré des prises de vues. Cette histoire s'est terminée comme elle avait commencé, l'idée farfelue des chercheurs s'était dissoute en fonction du temps ou déplacée et l'objectif aussi. L'affaire fut classée et le cylindre moteur aussi. Au CNRS, les opérations de recherche ou les opérations techniques qui les accompagnaient n'étaient pas toujours de grands succès.

© Aveni 2020

Partager cet article
Repost0
3 juin 2020 3 03 /06 /juin /2020 07:32

Stop covid ou Stop anti-liberté ?  (1er juin 2020)

Moi je ne suis pas contre les volontaires qui vont télécharger cette application invasive ; invasive ou pas, je ne doute même pas qu'ils s'en foutent. Par contre je comprends très bien que d'autres adeptes du : pour vivre heureux vivons cachés, préfèrent ne pas installer cette  application sur leur smartphone. Mais ce que je ne comprends pas bien, c'est la chose suivante : me voilà à moins d'un mètre d'un quidam  équipé de ce programme Stop Covid actif sur son smartphone, mon Bluetooth est actif car par exemple, j'ai une prothèse auditive qui en a besoin, et je n'ai  as voulu d'application Stop Covid. Le scénario commence : 

Via GSM et Bluetoogh, Stop Covid peut se répendre dans une ville comme une toile d'araigné (Doc X)

Mon voisin inquisiteur est peut-être atteint du virus, comme il se sait suspect, il charge donc l'application et active son Bluetooth. Comment cette application va bien pouvoir savoir qui je suis si je n'ai pas chargé moi aussi cette application ? Pour le moment je ne vois qu'une solution Stop Covid appelle (via Bluetooth) 
les smartphones qui sont autour de lui dans un court rayon, ça on sait faire  depuis bien longtemps. Mon smartphone donne son numéro de téléphone comme il le fait en permanence avec les antennes relais smartphone,  GSM, l'application du quidam l'enregistre, la transmet automatiquement à une base de données, qui apprend maintenant qu'à cette heure-là, j'étais à moins d'un mètre de cette application dont le propriétaire se sent suspect. Que je sois d'accord ou pas me voilà traqué à mon insu et suspecté d'être contaminé à mon tour ; me voilà transformé en traqueur en cas d'enquête ! Si le système marche comme ça, de grâce n'adhérez pas à cette inquisition de "flicage" indécent ; ce n'est qu'une bêtise de plus. Mais je vois d'ici que certains me diront que je n'ai rien compris au principe, j'espère me  tromper et en attendant plus de clarté, je vais faire comme vous, sortir masqué et Bluetooth éteint !

© Aveni 2020

Partager cet article
Repost0
10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 19:31

Un GAFAM européen ?

Je ne le redirai jamais assez (depuis au moins dix ans d'articles rédigés sur mon blog) l'Europe n'a rien à voir de près ou de loin avec le GAFAM ! Tout au plus, pouvons-nous nous demander que faisions-nous à cette époque (60/70) dans les domaines du numérique ? Rien. Certes 
nous n'avons pas inventé le transistor, le circuit intégré, le microprocesseur, et toutes les lignes de codes qui vont avec pour les activer, nous nous prélassions dans des comités Théodules en souriant devant la naïveté des films américains comme War game qui n'est qu'un exemple. 
Nous avons loupé l'entrée du numérique avec d'arrogantes postures de doctes savants ultraconservateurs. Mais malheureusement nous n'avons pas plus encouragé nos jeunes à se lancer dans l'aventure de peur que ces "petits monstres" ne deviennent plus populaires que leur maître et finissent par prendre leurs places. Bouleversés par le succès des GAFAM et autres avancées numériques, nous nous sommes trouvés frappés de plein fouet. Depuis peu, en France comme en Europe, quelques esprits (opportunistes), chagrins, commencent à nous demander des comptes, alors, la seule chose qui nous vienne à l'esprit c'est de tacler les conséquences de cette révolution numérique dans laquelle nous sommes totalement absents. Imposer des limitations au succès d'un Amazon, d'un Google, certes ce n'est pas glorieux, et pourtant nous en sommes là. La dernière avanie étant d'interdire la participation d'Amazon/Google au programme français du traçage à la diffusion du Coronavirus Covid. 
Si encore cela servait à nous lancer dans l'innovation, mais même pas ; nous copierons les grandes majors US et comme on le dit "point barre". Ah oui, j'oubliais de dire qu'il ne faudra pas oublier un vaste battage médiatique et remises de Légion d'honneur aux nos valeureux 
chefs d'entreprises français qui auront participé à cette "non-aventure". Je rage à répéter et le répéter, c'est un triste état de fait...
A quand un GAFAM européen ? Des copies oui, des nouveautés, il faudrait remettre en question nos institutions scientifiques et industrielles !

© Aveni 2020

Ci dessous mon premier micro-ordinateur que j'ai conçu et réalisé en 1977 au titre du CNRS (LMA) pour me familiariser avec les futurs micro-contrôleurs (opération de recherche ATALANTE). C'était à cette époque une véritable traversée du désert "numérique".

 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2020 7 26 /04 /avril /2020 07:08

Trump : désinfecter les bronches une idée idiote ?

Donald Trump Président US en 2020 pendant sa campagne électorale (Doc X)

 

Entre fumer une Craven A (à la nicotine) ou se faire une bonne fumigation, c'est vrai qu'il y a diverses manières d'interpreter les propos fantaisistes du Président Trump. Mais n'oublions pas que nous sommes en pleine campagne électorale et n'oublions pas surtout que la gentry américaines et surtout washingtonienne ne rêve que de revenir au pouvoir, non pas tant pour sauver leurs gueux (cowboy), mais pour pouvoir 
renouer aux mondanités et privilèges ultra bourgeois de leur nomenklatura. C'est aussi se que pensaient les aristocrates français au lendemain de la révolution populaire de 1789 face aux gueux, ou si vous préférez un vocable plus distingué : à la plèbe.


© Aveni 2020

 

Partager cet article
Repost0
18 avril 2020 6 18 /04 /avril /2020 06:56

CRASH COMPAGNIES AÉRIENNES !

Il 76 au parking en attente de service.. (Doc Volga Dnepr)

C'est vrai que je ne me pose pas des questions sur tout les sujets techniques. Mais lire cet article sur le problème commercial des compagnies aériennes est effarant. Renationalisation des compagnies aériennes pour ne pas baisser pavillon, je comprends la  terrible remise en question du seul point de vue stratégique mais aussi idéologique ! Sale temps pour les ultra-libéraux...

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/04/16/aerien-nous-vivons-en-direct-le-crash-d-une-industrie_6036760_3234.html

© Aveni 2020

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2020 7 08 /03 /mars /2020 17:36

Open Skies closed

Typique avion russe pour les survols de l’Europe de l’Ouest au titre de l’Open Skies (Doc X)

 

Comme d'hab je lis avec attention les longs posts des fans du new space âge que je trouve souvent très pertinent. Mais ici si je partage les mots, je ne partage pas toujours les maux. D'accord le "gros blondasse vulgaire" qui dirige l'Amérique fait réagir violemment. Mais je suis persuadé qu'il joue le rôle d'une thérapie de choc pour liquider ce que je nomme l'infâme "gotha américain" qui ne produit plus rien que des profits pour garder et 
renforcer sa place. Lui, désagréable politicard certes, mais dont l'action ne vise que cet objectif : dénoncer les mondains de Washington. Certes il ne comprend rien au new space (pas plus qu'Obama) mais peu lui chaud, il a laissé s'ouvrir de nouveaux segments dans le domaine spatial, qui laminent le vieux monde sclérosé, qui se débat pour garder sa place, soit à la NASA, soit dans les grandes "majors" aérospatiales US. 

Parc de vieux sous marins nucléaires russes qui doivent rester visibles des observations aériennes américaines. Ils sont parqué au fond de profonds fjords. Le prélèvement par des commandos malveillants pourrait transformer ces carcasses en bombes radiologiques très dangereuses (Doc X)

 

Starlink, près de 42000 micro-satellites sont au programme à raison de 60 lancés par mois en ce moment (Doc SPX)

 


Batterie de 60 micro-satellites d’une noria Starlink de Space X embarquée dans un lanceur Falcon-9 (Doc SPX)

Mais d'un autre côté les événements se bousculent même les nouveaux entrepreneurs de l'activité spatiale n'ont pas la vue assez large pour se familiariser avec le "nouveau nouveau âge spatial" : passer des Microsat au Picosat n'est pas qu'un simple effet d'échelle arithmétique, c'est une nouvelle vision qui s'ouvre ; pour le moment elle ne joue que sur la taille des fusées (Electron, Kuaizhou) et les applications pour le moment peu visible de l'utilité de ces picosats (Starlink), c'est ce qui permet d'en parler que de façon anecdotique, 
mais je pressens plus qu'un bouleversement en devenir, que je ne sais pas analyser au juste. Un peu du genre de l'arrivée du numérique au début des années 80. 

Année 1980, réalisation de mon premier micro-ordinateur [8 bits], monté dans le cadre du projet Atalante du CNRS-LMA  Ce sont les débuts du numérique en France (Doc de l’auteur)

Mais c'est vrai aussi que l'énorme machine à nous surveiller comme les NSA, CIA, FBI sont bien un pur produit de ce nouvel âge du numérique et là il vaut mieux faire semblant de voir ailleurs que de s'en soucier. Empeachment raté du Président US, cela n'empêche pas l'activité spatiale associée au numérique de nous tailler des croupières, comme le GAFAM ! 
Pourtant au titre des quelques accords qui restent encore en vigueur entre USA et Russie au sujet des armes de dévastation, je pense en particulier au fameux Open Skie qui permet à la Russie de survoler avec des avions-espions en basse altitude les principaux pays de l'OTAN, 

Tupolev en service Open Skies dont se servent les russes pour surveiller les sites sensibles US 

 

Boeing en service Open Skies dont se servent les USA pour surveiller les sites sensibles Russes (Doc X)


l'inverse étant vrai, un dernier incident entre la Russie et les USA vient de se produire dernièrement. La Russie a interdit le survol de son territoire par un avion-espion statutaire américain ! Je n'en connais pas la cause, pas plus que la portée, mais cela m'interpelle tout autant que les conséquences économiques du coronavirus COVID-19. 

En ce moment le climat n'est pas bon, les Turcs se croient autorisés à abattre des bombardiers russes en Syrie et les Russes ne protestent que du bout des lèvres (?).

 

Parc de B-52 désaffectés au titre des accords SALT. Ils doivent rester sous l’œil attentif des Russes qui les comptabilisent (Doc X)

 

Mig 23 bombardier léger russe au décollage, tels que ceux intervenant en Syrie. (Doc X)

 

Je préfère les vociférations aux colères rentrées. Non, je n'aime pas ce climat de tension glacée sur la dissuasion.

 

Un SU 37 russe accompagne gentiment un B-52 américain en maraude en Mer du Nord (Doc X)

© Aveni 2020


 

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 20:33

Et bien, voilà, ça c'est fait pour Noël 2019.

Comme je suis un pur laïque et que je n'ai pas un brin de radicalisme religieux en moi, je suis ravi d'avoir rajouté dans ma crèche des santons qui ne sont pas des seules traditions religieuses : chrétienne, juive, et musulmane.

 

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2019 2 17 /12 /décembre /2019 19:50

Ce monde du travail ne nous offre plus que des perspectives inquiétantes.

[17 décembre 2019]

Avec le matraquage du numérique dont l'intelligence artificielle est devenue un agent inquiétant, que vont devenir les moins que rien ? Si à court terme on peut penser que les instruits : Les techniciens supérieurs, les assistants-ingénieurs, les ingénieurs, seront en mesure de sortir leur épingle du jeu, quid du monde ouvrier sans qualification ? Dans un univers économique où tout travail répétitif non qualifié sera voué à l’automatisation par des robots habiles, cela se traduira par une famine des emplois déqualifiés. L’activité humaine se déplacera vers les travaux de conception, de maintenance, d’intermédiation et de façon générale vers tout ce qui nécessitera une activité intellectuelle ou un contact humain. Plus de la moitié de notre population sera de ce fait exclue, et le pire c'est que même si cette situation sera jugée insupportable par l'ensemble de la population française, on n'y pourra rien, car le système économique dit ultralibéralisme s'y prêtera bien. Comment va évoluer le sort de notre pays, le sort de cette République, le sort de notre démocratie  et de notre culture au sens anthropologique du terme, y avez-vous pensé : Angoisse.

© Aveni 2019

Une partie de ce texte est inspirée par un article du Diploweb de décembre 2019 :
DIPLOWEB GEOPOLITIQUE ET STRATEGIE <lettrediploweb@gmail.com>

Image :
A gauche image de Robby le robot passant à la caisse comme un client humain ; vision de science fiction des années 50 et à droite image d'un client présentant ses marchandises pour le paiement à un robot, 2018. 


[montage de l'auteur]

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2019 2 03 /12 /décembre /2019 10:23

ENTRE LES AILES, UN PILOTE !

En chinant j'avais trouvé ce petit trésor que les passionnés d'aviation apprécieront.


Il s'agissait d'un livre sur un As : "Johnnie" Johnson qui décrit la bataille d'Angleterre et les techniques du combat aérien de l'époque. Des photos illustrent le vaste sujet de cette
guerre aérienne qui, nous le savons, a joué un rôle déterminant dans la WWII. Bon le
bouquin était en ruine, mais je le restaure par petites touches et je le lis entre temps.


Pas de doute, le métier de pilote est un métier intelligent et qui sait mettre en valeur les plus audacieux.

Chasseurs dans le Soleil de Johnnie Johnson, aux Editions de la Pensée Moderne (1956)
Préface d'un autre As célèbre : Douglas Bader


© Aveni 2019

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2019 4 21 /11 /novembre /2019 08:52

Le satellite TSJ-4 les oreilles de Pékin (anglophone)

Lancé le 17 octobre 2019 ce satellite placé en GTO attire l'attention quant à sa finalité.

Voyez cette enquête du SatelliteObservation.net qui, de l'orbite, de sa puissance électrique, et surtout de ses antennes (très particulières) en font un satellite à visée militaire de surveillance d'une zone Pacifique sensible, qui couvre du Middle East, Afrique, of Australie,et Sibérie ; mais pas l'Inde (il est trop proche).

TSJ-4 on remarque les antennes  "log périodique" ultra large bande (doc info Chine)

On remarquera en particulier une analyse de son système d'antennes dit "Log périodique" de type quart d'onde pas du tout adapté aux communications civiles des satellites GEO usuels qui en fait un bon satellite ELINT/SIGINT (écoute et traitement des signaux radio électriques).

TSJ-4 reste accroché au dernier étage de la fusée (Doc Chine)

Ce document anglophone apporte un éclairage sur l'objectif de ce satellite qui semble bien participer à la surveillance des chapelets d'îles contestées surveillance en particulier des bateaux de l'US Navy et des avions de l'USAF et NSA espions en tous genres qui y pullulent. 

Le satellite US AlphaSat rappelle un peu TSJ-4 mais lui est bien un sat de télécom (Doc Inmarsat)

En particulier ce satellite rappelle la finalité du satellite américain USA-202 Orion (1970) que nous avait révélé le lanceur d'alerte E.Snowden.

https://satelliteobservation.net/2019/11/20/tjs-4-the-ears-of-beijing/

Partager cet article
Repost0