Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 décembre 2021 1 13 /12 /décembre /2021 11:40

Petit message aux bons français ?

Si, je dis bien si, l'Ukraine accédait à l'Europe et surtout à l'OTAN (elle en rêve) et, comme en Lituanie des bases de l'OTAN s'installaient aux points stratégiques, et ici dans ce cas au Nord Est de l'Ukraine, la Place Rouge à Moscou ne serait plus qu'à 472 km* des bottes des GI's. On ne serait pas bien là ? Vous imaginez les Américains défilant sur la Place Rouge sous la bannière étoilée après une guerre éclair qu'elle gagnerait "of course" ...

* remarquez en Lituanie ils ne sont qu'à 650 km et cela ne semble pas nous déranger !

© Aveni 2021

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2021 7 24 /10 /octobre /2021 15:28

66% !

L'Establishments est ravi, avec 66% d'abstention le voilà rassurés et leurs dominants, ceux que l'on appelle le gotha sont confortés. La machine à privilège donne en plein, sans risque d'accident prévisible, leur "social" se porte bien. Mais attention, les rapports entres les élites s'échauffent, entre-les ceux qui se disent du supérieur, ceux qui sont diplômés à Bac +5 et les   au-delà, ceux qui arborent des distinctions d'écoles privées aux titres prestigieux réservés à leurs génitures, ils vont devoir encore se battre devant les arbitres privés : journalistes de la société politico-économique internationale. Les mondains qui doivent trier entre des opportuns (lisons importuns) et eux, ceux qui attendent fébrilement le bristol d'invitation, et surtout la hiérarchie de la tablée qu'a établi la maîtresse de maison qui les a invités. Monde cruel qui se contre fout des 66% de ceux  qui ont trouvé intelligent de rester à la maison, voire maintenant qui s'en vantent comme des militants ; ceux qui étaient hier sans importance et qui sont aujourd'hui 66% d'insignifiants. Non, l'Establishments n'a pas de souci à se faire il va  pouvoir aller, l'air guindé, chic, tout en s'égratignant avec leur voisinage pour déséquilibrer leurs concurrents immédiats 
sans les faire trop chuter, ils servent de rempart pour garder la bonne place qu'ils ont en gagnant bien leur vie sans vraiment  travailler. Les macronistes sont chagrins, les droitiers exultent, les extrêmes regardent couler le navire l'air absent, mais tout ça n'est que cinéma. Le GIEC pour la énième fois nous promet la fin du monde, enfin de notre monde de super nantis ce qui pourrait bien survenir si les désordres climatiques perdurent, mais cela ne concerne que les alphabétisés, les fameux Bacs +1 c'est-à-dire ceux qui sont convaincus que la Terre est ronde, mais pas plus. Bon, nos grands chefs vont se remuer pour décrocher la timbale dorée de la 5e République, les gueux vont écraser une larme à la perspective d'encore subir la schlague pendant cinq ans, et nos vilains vont essayer de se procurer une Kalatchnikov pour assurer leur pouvoir urbain local 
sur les bandes rivales. Les médias à 5 mois de la grande échéance présidentielle vont commencer à nous gaver de propagande, de reportages sportifs bidons (ansthésiants) et de sondages truqués ; mais nous savons tout ça, c'est pour le moins périodique (voire cyclique).

Affligeant, très affligeant.

Le gratin, l'élite absolue, leur chefs (ici) et leurs pompes (Doc X)

© Aveni 2021

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2021 5 01 /10 /octobre /2021 15:46

Titre : L'ORDRE DU JOUR.

Auteur : Eric Vuillard

Chez BABEL (récit), Acte Sud, 2017

En 150 pages, et un style accompli, l'auteur, homme très cultivé, nous brosse un décor crépusculaire de notre histoire, glaçante.
La réunion des gougnafiers ! Dans ce petit livre, nous égratignons la haute bourgeoisie, ici Allemande avec l'arrivée des Nazis [1938]. 
Comment les Krupp, Vogler, von Siemens, Dietrich, Opel, Adam [machine à coudre], Telefunken, oui, oui, ces grandes familles qui sont toujours le gotha actuel, et même les Français et Britanniques qui sont certes absents ce soir là à ce grand raout au Reichstag, avec mondanités qui vont avec ; ils sont invités par les dignitaires du parti Nazi pour financer la prise de pouvoir d’Hitler. Donc on n'y 
verra pas ce soir là les Chamberlain et Daladier, pourtant il n'y a que du beau linge essayant de garder l'air intelligent devant l'opinion publique européenne. Misérables politicards, misérables industriels, mais les gueux, eux, en arrière plan se tairont, ils se taisent toujours ; en Allemagne bien sûr, en Autriche surtout, mais même chez nous où la populace pouvait, pendant ce temps, 
tranquillement casser du "niakoué", du "bougnoul", du "négro", du "youpin", du "rital", etc. on pouvait faire semblant de ne rien savoir de ces grandes familles si distinguées qui allaient nous faire plonger dans l'horreur, dans le désastre. Comme toujours...

Mon point de vue, je ne recommande pas ce livre à ceux qui ont une denture sensible.

© Aveni 2021

                                  Gustav Krupp von Bohlen und Hallbach (doc Georg Pahl)

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2021 4 16 /09 /septembre /2021 12:47

Rayons X

 

L'ancêtre de nos générateurs de photons X. Le tube de Crookes. (Doc X)

1977, d'abord à côté de mon bureau il y avait une équipe de cristallographie qui travaillait avec des générateurs à rayons X. Leur matériel accumulé depuis de nombreuses années me fascinait et en même temps m'emplissait de crainte. 

 

Ancien générateur à rayon X avec son bloc alimentation électrique. Le tube n’était pas équipé de protection à cette époque. (Doc Courtlandt Canby 1970)



Ma crainte n'était pas si feinte que ça, puisque plusieurs des opérateurs c'étaient fait bruler par les rayons. Pour me protéger, j'avais collé contre la cloison mitoyenne des grandes armoires métalliques que j'avais remplies de livres et d'appareils de mesure pour me protéger d'hypothétiques rayonnements parasites, pourtant très improbables. Je me souviens avoir travaillé pour eux en concevant un compteur de radiation qui m'obligeait à me tenir à côté de leur dernier et plus moderne petit générateur RX. Je gardais un temps d'activité le plus réduit que possible près de lui, tout en m'assurant au préalable de la détection du rayon principal et des fuites à l'aide d'une raquette au phosphore qui laissait des traces lumineuses verdâtres sur sa surface à leur passage m'indiquant les zones à risque. Le temps a passé, l'équipe de cristallographe a migré vers une Université marseillaise qui l'a absorbée. Il n'était resté dans notre laboratoire qu'un petit groupe qui avait cessé ses travaux sur les cristaux et autres terres rares et qui s'était reconvertie sur la mécanique dure.

Le besoin était qu'il fallait de gros appareils, hors de prix, pour œuvrer dans ce domaine. L'idée était venue de louer du temps de scanner (pour les cranes) à rayons X la nuit à la clinique Clairval de Marseille, proche de nous. Donc la nuit l'équipe œuvrait et à potron-minet elle remettait en état l'appareil pour le livrer aux médecins pendant la journée. Les résultats, pour nous, étant devenus intéressants pour le laboratoire et la clinique devant se séparer de leur vieil appareil pour le remplacer par un plus moderne, on avait 
récupéré ce matériel pour le Franc symbolique sous condition de déménager nous même la machine. Un scanner de cette époque (année 80) était une grosse machine avec beaucoup de modules plus lourds les uns que les autres (4 salles d'atelier). Le remontage et la remise en service de ce scanner furent une aventure que mena un ingénieur d'étude du CNRS (Frédéric M) presque seul. Pourtant à un moment la 
question s'était posée de savoir comment entrer les données recueillies par la machine dans un ordinateur pour un traitement ultérieur ?  C'est moi qui héritais de ce problème. Lire les liasses de schémas des circuits électriques et électroniques m'avait passionné, retrouver le cheminement des données avec un analyseur logique et autres instruments était pour moi un défi. 

 

Images des signaux logiques tels que trouvés sur ce scanner. (Doc de l’auteur 1985)

Enfin, un beau jour après avoir ajouté de l'électronique à l'électronique et avoir programmé cet équipement, l'image d'une cible placée au cœur de la machine s’était affichée sur un écran de PC au grand plaisir de certains chercheurs qui voyaient comment utiliser ces données.

L'exploitation avait aussitôt commencé et je me suis éloigné de la machine vers d’autres occupations. Une fois pourtant ce collègue m'avait rappelé pour que je l'aide à ajuster le faisceau RX mobile sur une cible elle-même mobile ! Le problème c'est qu'il fallait passer du temps sur la machine en marche. En fonction du temps on se savait en danger. Je me souviens dans cet exemple, que pour intervenir il fallait que 
je m'approche de la cible à quelques centimètres du container dans lequel le tube crachait son faisceau dangereux, pour un long moment. 

C’était par ces deux orifices noirs que sortaient les redoutables rayons X (Doc de l’auteur 2021)


Pour se faire mon collègue avait trouvé un moyen de moins m'exposer en s'intercalant entre le tube et moi. Nous étions étroitement séré l'un à l'autre, c'est lui qui s'exposait le plus en faisant écran ; certes, dangereux, mais lui était surveillé par un service de sécurité médical qui contrôlait ses capteurs d’exposition qu'il portait sur lui en permanence. Moi, je n'étais pas censé exister à cet endroit tout 
simplement ! 

Voici le tube à rayons X qui fait l’objet de cette histoire. Il était l’archétype d’investigation des physiciens en mécanique. C’est un de mes souvenir du CNRS (photo Fabienne Aveni 2021)


Par la suite nous nous étions procuré par la même voie un autre scanner à rayons X, mais pour tout le corps humain.  C'était une très grosse machine bien plus moderne et de ce fait occupait moins de place dans les locaux et surtout elle disposait d'une sortie numérique sous forme de disque (si je me souviens bien). Alors que le tube sur lequel j'avais travaillé utilisait une alimentation électrique de 50000 volts, ce 
nouveau scanner avait besoin de 120000 volts et de ce fait devenait dangereux pour les opérateurs distraits ! Pour ma part j’avais migré vers les réseaux de communications numériques. Cela allait avoir une influence sociétale énorme pour nous tous.

© Aveni 2021


 

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2021 1 06 /09 /septembre /2021 10:51
Mode et imagination
Difficile, très difficile d'imaginer l'inimaginable. Par exemple la mode vestimentaire, ici on réalise qu'en 1884 l'auteur (Rubida) qui projette son idée sur la mode vestimentaire de 1954 ne voit que ça à nous dire et nous montrer. Pourtant à cette époque (1954) on n'a déjà les prémices des minijupes avec la tenue de Ann-Francis et sa jupette dans le film Planète Interdite. Pour le reste, c'est pareil ; l'inimaginable le reste jusqu'à ce qu'il arrive en nous surprenant.
© Aveni 2021

Pas à dire, c'est parlant !

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2021 7 05 /09 /septembre /2021 15:10
CNRS-LMA Marseille
1978, mon poste de travail électronique. On aperçoit sur le côté droit une partie d'un analyseur logique de grande qualité. Il me permettait de parfaire la traque des phénomènes d'événements logiques à grande vitesse, compris les parasites dits "glitch". À cette époque j'étais seul électronicien à me passionner pour l'activité électronique numérique dans ce laboratoire et cela a duré jusqu'en 1997; elle a pris fin avec le recrutement de jeunes ingénieurs !
 

Sur ce document on voit sur l'établi les instruments traditionnels d'un électronicien, mais sur le côté gauche de la photo on aperçoit une partie d'un analyseur logique de Tektronix, capable d'enregistrer à grande vitesse les signaux logiques.

© Aveni 2021

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2021 5 23 /07 /juillet /2021 16:54
La soumission au chef
Moi, vu mon âge, ils ne m'emmerderont pas bien longtemps. Mais nos plus jeunes, pour leur formation, ils vont devoir en passer par les fourches caudines de l'école maternelle, puis primaire, puis secondaire et si affinité supérieure. A la limite cela "file les j'tons" ; vous souvenez-vous de votre première leçon, le titre en était : la soumission...
© Aveni 2021

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2021 5 16 /07 /juillet /2021 17:37

MDA/NTI  

Nanosat Testbed Initiative (NTI), voilà une avancée assez ancienne, pourtant elle commence à prendre corps dans les systèmes de défense aérienne aussi bien spatiale qu'aérienne. Il y a cinq ans, voire un peu plus, lorsque la hargne de certains fans français d'aviation militaire s'est manifestée contre l'avion d'arme  
américain F-35 Lightning, qui faisait plus que de l'ombre à l'avion français de Marcel Dassault Rafale, on  
semblait enrager contre cet avion auquel on ne comprenait rien. J'avais pour ma part trouvé à mon goût  
l'expression : Le F-35 est un ordinateur avec des ailes. Certes cela n'empêchait pas le Rafale de bien se  
comporter en vol, mais il lui manquait une dimension essentiellement numérique. Le F-35 était à sa mise en service quasiment une page blanche que l'on avait à écrire, mais à écrire en binaire. Voilà qui commence à prendre forme avec le non moins mystérieux déploiement des norias de nano satellites, lancés par paquets de 60 (tous les deux mois) et qui en laissent plus d'un sceptique. Le mariage entre autres F-35/nanosat drones commence à émerger en association avec un segment sol/mer dans un réseau tout à fait dans les cordes de la  MDA (Missile Defense Agency) qui est en train de réaliser cette union indispensable pour faire face aux  nouvelles menaces aérospatiales dont les HGV (Hight Glide Vehicle) commençant à mettre en danger les forces  navales américaines comme dit-on les porte-avions entre autres. A suivre sans œillères. 

Nanosat typique pour la MDA

© Aveni 2021

 

Partager cet article
Repost0
28 juin 2021 1 28 /06 /juin /2021 10:54

66% !

L'Establishments est ravi, avec 66% d'abstention le voilà ragaillardi et leurs dominants, ceux que l'on appelle le gotha sont rassurés. La machine à privilège donne en plein, sans risque d'accident prévisible, leur social se porte bien. Mais attention, les rapports entres les élites s'activent, entre-les ceux qui se disent du supérieur, ceux qui sont diplômés à Bac +5 et les  au-delà, ceux qui arborent des distinctions d'écoles privées aux titres prestigieux réservés à leurs génitures, vont devoir encore se battre devant les arbitres : journalistes de la société politico-économique internationale. Les mondains qui doivent trier entre des opportuns (lisons importuns) et eux ceux qui attendent fébrilement le bristol d'invitation, et surtout la hiérarchie de la tablée qu'a établi la maîtresse de maison qui les a invités. Monde cruel qui se contre fout des 66% de ceux qui ont trouvé intelligent de rester à la maison, voire maintenant qui s'en vantent comme des militants ; ceux qui étaient  hier sans importance et qui sont aujourd'hui 66% d'insignifiants. Non, l'Establishments n'a pas de souci à se faire il va pouvoir aller, l'air guindé, chic, tout en s'égratignant avec leur voisinage pour pousser leurs concurrents immédiats sans les faire trop chuter, ils servent de rempart pour garder la bonne place qu'ils ont en gagnant bien leur vie sans vraiment  travailler. Les macronistes sont chagrins, les droitiers exultent, les extrêmes regardent couler le navire l'air absent, mais tout ça n'est que cinéma. Le GIEC pour la énième fois nous promet la fin du monde, enfin de notre monde ce qui pourrait bien survenir si les désordres climatiques perdurent, mais cela ne concerne que les alphabétisés, les fameux Bacs zéro c'est-à-dire ceux qui sont convaincus que la Terre est ronde, mais pas plus. Bon, nos grands chefs vont se remuer pour décrocher la timbale dorée de la 5e République, les gueux vont écraser une larme à la perspective d'encore subir la schlague pendant cinq ans, et  nos vilains vont essayer de se procurer une Kalachnikov pour assurer leur pouvoir local sur les bandes rivales. Les médias à 5 mois de la grande échéance présidentielle vont commencer à nous gaver de propagande, de reportages sportifs et de sondages truqués ; mais nous savons tout ça, c'est pour le moins périodique (voire cyclique).

Affligeant, très affligeant.

"On vous a compris"...

 

"Je vous ai compris"...

 

© Aveni 2021

Partager cet article
Repost0
18 mai 2021 2 18 /05 /mai /2021 16:33

American cloud

La donnée numérique commence à poser question à nos intellectuels européens. Trop occupés à s'écouter parler au "café de Flore" par exemple en France, trop impliqués à être distingués pour un grand prix littéraire, ils n'avaient pas le temps de s'intéresser aux progrès du numérique. Maintenant qu'ils voient leurs enfants jongler avec leurs jeux numériques, converser par consoles de jeux alors qu'eux en sont encore à lire l'Équipe pour se distraire, ils commencent à prendre conscience que le mot donné [numérique]  leur passe au-dessus du golgoth. Alors ils lisent quelques articles grand public et commencent à pérorer pour essayer de garder l'air  intelligent. La donnée numérique c'est le nouvel or noir du 21e siècle ils commencent à s'en rendre compte. Mais ils ne sont ni GAFAM (USA), ni BATXH (Chine), ils nous ont entraînés dans la médiocrité qui se veut ultralibérale sans goût pour les aventures  scientifiques comme nous l'ont montrés les inventions pour les actuels vaccins. Donc, faisons-nous plumer par des super-financiers, internationaux, et écoutons béat et admiratifs nos élites. Allez lisez pour vous énerver un peu cet article de Mme Laura BRINCOURT, concernant le cloud et les données que l'on se fait voler (gratuitement) à cet URL :

https://www.diploweb.com/Le-Cloud-Act-trois-ans-apres-revelateur-du-besoin-de-definition-de-notre-souverainete-dans-l-espace.html

© Aveni 2021

Partager cet article
Repost0