Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juin 2022 2 28 /06 /juin /2022 09:34

Oui, il y avait une faute.

Non, l'hélico est bien posé sur sa plateforme en mer, oui malgres la Mer du Nord il fait exceptionnelement beau, oui je suis bien dans ma double combinaison de survie à la couleur du personnel navigant ; mais oh erreur, je ne devrais pas porter les galons de "Captain" car sur un aéronef il n'y a qu'un commandant, un seul qui est habilité à porter les quatre galons, ils ne sont pas faits pour faire beau, mais pour désigner aux passagers qui est le chef, qui est habilité à donner des ordres, qui commande, il doit se reconnaître de loin et c'est là que je ne suis pas à ma bonne place. Pour les vols suivants je serai prié de les enlever ou alors 
changer de combinaison s'il sont inamovibles. Ce que je dis là est valable dans toutes les aviations civiles de transport de passagers du monde.

© Aveni 2022

Partager cet article
Repost0
12 juin 2022 7 12 /06 /juin /2022 14:47

Couac administratif ALAT (1967)

J'étais pilote avion et hélicoptère affecté au PMAH de l'EABC de Saumur et installé sur le terrain d'aviation de Terrefort en marge sud de la petite bourgade. J'y volais aussi bien sur Nord 3400, Piper L-21, Djinn et Alouette II. Sorti du 4PH64 avec mon brevet de pilote hélicoptère (ES-ALAT  de Dax), j'arrivais à voler presque tous les jours surtout grâce à ma qualification sur le Djinn (ES-ALAT Dax 1966). Avec mon grade de Maréchal des Logis sous contrat, il était temps d'accéder à la qualification de Chef de Bord synonyme de changement d'échelle de solde au niveau quatre. La voie royale était de permettre de faire d'une pierre deux coups : Qualification vol tactique (EA ALAT Le Luc) qui donnait administrativement accès à l'échelle de solde quatre. Pour se faire j'avais été inscrit au stage "Voltac" en 1967 (?) mais voilà que, oh surprise, si j'étais bien  inscrit à un stage de ce niveau de qualification, il s'agissait d'un stage de niveau supérieur de trompette, sis à Fontainebleau ! Oh l'erreur administrative... Bien entendu pas le temps de réorganiser mon affaire, le stage au Luc était commencé et un suivant difficile à m'inscrire, c'est là qu'a germé l'idée du CE Garnier G. (commandant le PMAH) de m'inscrire (si possible) à un stage hélicoptère qualificatif qui débutait à l'EA-ALAT Dax, le fameux et très confidentiel Brevet Supérieur de Pilote Hélicoptère ! Ce stage, qui allait tomber en désuétude par la suite, était  destiné à faire accéder de vieux "Chibanis" à cette fameuse échelle quatre sans pour autant envoyer ces vieux soldats en stage conventionnel à l'EA-ALAT pour lequel ils n'étaient pas faits. Stage récurant, à effectif souvent très réduit, quatre ou cinq candidats il avait été facile de m'y coller bien que la plupart des candidats étaient de vieux soldats, forcément vieux pilotes. Mes épreuves étaient programmées pour la seconde semaine d'août 1967. Le CE Choupin, le Cne Heurtaux, le Cne Kerdoncuf et même l'A/C Talon 
étaient les inspecteurs examinateurs, l'hélicoptère était aussi bien le Bell 47 G1 que l'Alouette II, avec au programme navigations de jour et 
de nuit et exercices de vol en campagne. Les anciens, surpris,  avaient accueilli avec bienveillance ce "bleu bite" que j'étais pour eux. Enfin, par la suite, qualifié je rentrais ravi au PMAH pour apprendre que finalement pour réparer l'erreur administrative j'étais exceptionnellement 
accroché au stage Chef de Bord de janvier 1968 à l'EA-ALAT au Luc ! 

© Aveni 2022

Partager cet article
Repost0
27 mai 2022 5 27 /05 /mai /2022 11:58

Couac administratif ALAT (1967)

J'étais pilote avion hélicoptère affecté au PMAH de l'EABC de Saumur et installé sur le terrain d'aviation de Terrefort en marge sud de la petite bourgade. J'y volais aussi bien sur Nord 3400, Piper L-21, Djinn et Alouette II. Sorti du 4PH64 avec mon brevet de pilote hélicoptère (ES-ALAT de Dax), j'arrivais à voler presque tous les jours surtout grace à ma qualification sur le Djinn (ES-ALAT Dax 1966). Avec mon grade de Maréchal des Logis sous contrat, il était temps d'accéder à la qualification de Chef de Bord synonyme de changement d'échelle de solde au niveau quatre. La voie royale était de permettre de faire d'une pierre deux coups : Qualification vol tactique (EA ALAT ) et l'accès à l'échelle de solde quatre. Pour se faire j'avais été inscrit au stage "Voltac" en 1967 (?) mais voilà que, oh surprise, si j'étais bien inscrit à un stage de ce niveau de qualification, il s'agissait d'un stage de niveau supérieur de trompette, sis à Fontainebleau ! Oh l'erreur 
administrative... Bien entendu pas le temps de réorganiser mon affaire, le stage au Luc était commencé et un suivant difficile à m'inscrire ; c'est là qu'a germé l'idée du CE Garnier G. (Commandant le PMAH) de m'inscrire (si possible) à un stage hélicoptère du bon niveau qualificatif, qui débutait à l'EA-ALAT Dax, le fameux et très confidentiel Brevet Supérieur de Pilote Hélicoptère ! Ce stage, qui allait tomber en désuétude par la suite, était destiné à faire accéder de vieux "Chibanis" à cette fameuse échelle quatre sans pour autant envoyer ces vieux soldats en stage conventionnel à l'EA-ALAT pour lequel ils n'étaient pas fait. Stages récurrents, à effectif souvent très réduit, quatre ou cinq candidats il avait été facile de m'y 
coller bien que la plus part des candidats étaient de vieux soldats, forcément vieux pilotes. Mes épreuves étaient programmées pour la seconde semaine d'août 1967. Le CE Choupin, le Cne Heurtaux, le Cne Kerdoncuf et même l'A/C Talon étaient les inspecteurs examinateurs, l'hélicoptère était aussi bien le Bell 47 G1 que l'Alouette II, avec au programme navigations de jour et de nuit et exercices de vol en campagne. Les anciens, surpris par ma présence, avaient accueillis avec bienveillance ce "bleu bite" que j'étais pour eux. Enfin, par la suite, qualifié je rentrais ravi au PMAH pour apprendre que finalement pour réparer l'erreur administrative j'étais exceptionnellement accroché au stage Chef de Bord de janvier 1968 à l'EA-ALAT au Luc ! 

© Aveni 2022

Partager cet article
Repost0
23 mai 2022 1 23 /05 /mai /2022 10:02

Journée culturelle à Porticcio samedi dernier (21-5-22)

La mairie a ouvert une manifestation culturelle pour nous rappeler que la culture existe à Porticcio et que les enfants peuvent en profiter. Avec des animations artistiques : Musique, Peintures, Bandes dessinées, Bibliothèque, etc, il y avait du monde même à midi. Il y avait même des dédicaces de la bande dessinée de "Baboo Petru Santu" du dessinateur Federzoni qui signait des ouvrages. Il y avait presque une dizaine de livres, j'en ai acheté deux que Federzoni m'a aimablement signé avec un gentil mot et dessin à la clé. Merci pour ce travail...

 

© Aveni 2022

Partager cet article
Repost0
26 mars 2022 6 26 /03 /mars /2022 18:41

Pour votre culture, c'est le moment de briller dans les salons :

 

Pour vous donner un honnête verni de culture sur les dissuasions nucléaires, façon connaissances homme du monde, je vous recommande chaudement la facile lecture de : Histoire De La Dissuasion Nucléaire depuis la Seconde Guerre mondiale. Auteur Dominique Mongin, 

Edité chez André Versaille (Archi Doc), 380 pages sans photo, [format poche].

© Aveni 2022

Partager cet article
Repost0
4 mars 2022 5 04 /03 /mars /2022 18:37

Panne d'essence chez les "ruskof" !

Rien d'extraordinaire à ça, comme tous mes collègues pilotes militaires spécialisés dans les attaques très basse altitude nous avions un souci (entre autres), c'était de savoir à quelle vitesse avançait l'Armée Rouge et ses "alliés" de l'époque (1965 pour moi), de façon à organiser nos interventions aériennes sur ce critère de vitesse d'avancée. La réponse était et a toujours été : la vitesse à laquelle les "rouges" ravitaillaient leur matériel de l'avant. Nous avions une expression que je faisais mienne, à quelle vitesse les russes posent les pipelines de ravitaillement de leur force ? J'imagine qu'il n'y a pas de miracle de nos jours, si les forces avant vont trop vite, il faut les ralentir voire les stopper en attendant que le pétrole soit livré.

© Aveni 2022

Image d'illustration de défilé d'ICBM sur la Place Rouge. S'il avancent, ils doivent se ravitailler.

Partager cet article
Repost0
27 février 2022 7 27 /02 /février /2022 11:50

Escadrille militaire ukrainienne en pays amis. (27-02-22)

Au fait les pilotes ukrainiens ne pourraient-ils pas se regrouper sous la bannière de l'OTAN dans les pays amis frontalier, pour faire armer des avions et hélicos de combat, que nous leur prêterions, afin de lancer des assauts sur les bastions russes en Ukraine et revenir se ravitailler et se mettre à l'abri dans ces pays amis ? Bien entendu les avions seraient aux couleurs ukrainienne pour mettre à l'abri les forces d'assistance de l'OTAN ?

© Aveni 2022

Partager cet article
Repost0
22 février 2022 2 22 /02 /février /2022 12:00

Jeunes ambitieux d'hier, vieilles barbes d'aujourd'hui.

Bon, Elon Musk, papa de Space X, s'est nait en 1971 soit un an avant "l'invention" du microprocesseur, donc en gros quatre ans avant ses premières commercialisations. À cette date, pour ma part j'ai commencé à plancher avec ces composants (Intel et Motorola) en 1977 découvrant (avec mes lectures) l'immense champ des possibles, comme au final, pour ce qui nous concerne maintenant, l'atterrissage automatique du premier étage de Falcon 9 il y a maintenant une dizaine d'années. Comment voulons-nous arranger ça pour l'Europe ? Envisager en 2022 de concevoir une copie de  fusée récupérable alors que nos "grands ingénieurs", qui ne connaissent rien au numérique, ne peuvent qu'accoucher d'une fusée Ariane 6 ? Il faudrait une révolution intellectuelle dans la sélection de nos élites pensantes à ce sujet, 
ce que je crains être impensable. Où sont les nouvelles scolarités (primaire, secondaire, supérieure) qui vont former les nouveaux enseignants pour insuffler un élan auquel personne n'aurait osé penser ? Vous pourriez me demander puisque j'y étais à ces époques ce qu'il faut faire maintenant que la messe est dite : Pour moi, abandon du système de fusée pour sortir du puis de gravité de la Terre, et laisser-faire les Américains (ou les autres) ; nous lancer dans de nouveau système de propulsion spatial genre Vasmr, fusée magnétoplasmique à impulsion spécifique variable, mais de grande puissance qui puissent prendre le relais depuis les orbites basses terrestres (LEO) pour toutes les directions jusqu'à celles aux longs cours comme Mars par exemple et même plus loin ; enfin un développement où nous nous sentirions seuls, comme Elon Musk a dû l'être lorsque son idée s'est concrétisée il y a 10 ans en arrière ; 
Mais bon, nous pouvons toujours rêver...

Super starship de Elon Musk, en 2022 sur son pas de tir à Boca Chica (SPX).

© Aveni 2022

Partager cet article
Repost0
22 février 2022 2 22 /02 /février /2022 11:40

L'espace d'une vie ordinaire :

Dernièrement nos regards s'étaient croisés. Lui, nouveau bébé, moi vieux monsieur. Il battait des bras la bouche grande ouverte de plaisir et moi attendri je me disais qu'avec de la chance, la dernière chose qu'il verrait sans doute, ce serait un autre bébé vagissant comme lui mais en 2120 ; mais au fait dans l'autre sens qui aurais-je vu ? Mon grand père né en 1887 qui aurait peut-être croisé le regard d'un vieux monsieur né en 1820 sous le règne de Louis XVIII ?

Les temps marquants :

Vous vous rendez-compte, je n'étais pas encore vivant à la fin de la bataille de Stalingrad 23 août 1942, en fait je naissais un mois plus tard le 28 septembre 1942, 20 jours après le débarquement des Américains en Afrique du Nord. Mais j'étais vivant presque au milieu de cette effroyable guerre. J'ai affronté stricto sensu le bombardement de Marseille du 27 mai 1944 par les avions américains de l'USAF et qui ont fait 4500 morts. Comme ce jour là j'étais chez ma grand mère, pas loin de la gare Saint Charles qui a été lourdement bombardée et entre autre le tunnel qui servait d'abri sous les lignes des chemins de fer. Il en a résulté plusieurs centaines de morts ! Mais pour moi si j'ai un souvenir de ce terrible moment, c'est que nous nous préparions à descendre dans les caves de l'immeuble et la dernière chose que je revois distinctement c'est que le feu du gaz était resté allumé sous une marmite où devait mijoter le repas du soir... Le 6 juin 1944 ne m'a laissé aucun souvenir, car si les gens devaient être heureux de la nouvelle du débarquement en Normandie ; ma mémoire naissance n'en n'a rien gardé. Par contre oui, suite au débarquement en Provence des Américains, des FFI, plus l'armée du Gal de Gaulle deux mois après, le 15 août 1944 cela a été une exaltation dans ma famille que j'ai ressenti sans image particulière. Deux oncles faisaient parti de mon entourage, résistants un, du réseau Alliance (Marie France Fourcade) et l'autre l'armée du Gal De Gaulle mais issu des réseaux communistes Corse, tout ce monde irradiait la joie, mais sans image particulière pour moi. Ainsi va la vie des humains, elle va un temps, rien qu'un temps, puis s'en va...

Moi en 1945 à trois ans (photo famille Aveni.

© Aveni 2022

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2021 1 13 /12 /décembre /2021 11:40

Petit message aux bons français ?

Si, je dis bien si, l'Ukraine accédait à l'Europe et surtout à l'OTAN (elle en rêve) et, comme en Lituanie des bases de l'OTAN s'installaient aux points stratégiques, et ici dans ce cas au Nord Est de l'Ukraine, la Place Rouge à Moscou ne serait plus qu'à 472 km* des bottes des GI's. On ne serait pas bien là ? Vous imaginez les Américains défilant sur la Place Rouge sous la bannière étoilée après une guerre éclair qu'elle gagnerait "of course" ...

* remarquez en Lituanie ils ne sont qu'à 650 km et cela ne semble pas nous déranger !

© Aveni 2021

Partager cet article
Repost0