Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 17:15
Arrivée au large de Kwajalein USA de huit RV tirés par un missile Trident D-5 de l'US Navy
Arrivée au large de Kwajalein USA de huit RV tirés par un missile Trident D-5 de l'US Navy

D'une manière générale que cache le concept américain de Prompt Global Strike Strategic actuel ?


D'abord, on peut dire qu'il s'agit d'une approche de l'utilisation de la suprématie militaire américaine sans utiliser d'arme nucléaire.

Certes, mais alors comment dissuader, voire attaquer, si seule l'Amérique adopte ce concept ?

En fait, l'Amérique souhaite pousser le monde entier à renoncer aux armes nucléaires dévastatrices (qui la dévaserait) et les remplacer par un concept haute technologie permettant de porter des coups fatals à un adversaire sans avoir à provoquer un massacre de population, rendant la frappe plus acceptable par les opinions publiques plus éduquées qu'il n'y paraît. On pourrait par ce biais aussi bien neutraliser un individu qu'un groupe d'individus jugés dangereux n'importe où dans le monde sans même envahir le pays où ils seraient lotit.

La technologie, que les USA pensent être les seuls à maîtriser, est le vecteur de ce concept. Frapper un adversaire où qu'il soit dans le monde en moins d'une heure et à moins de 3500 km de distance. Le vecteur de base en est le missile de croisière supersonique Mach 3 tiré de
sous-marins, d'avions, de bateaux et sans doute aussi de base au sol. Associés à cet armement conventionnel il faut ajouter des meutes de drones moyenne et haute altitude longue et moyenne portée. Pour assurer la précision de la navigation et de l'attaque, les réseaux de
navigation GNSS comme NAVSTAR sont la garantie essentielle à laquelle il faut ajouter les satellites de téléphonie mobile cryptée, les satellites d'observation dans tous les spectres du domaine optique et même des satellites radars. Pour assurer la sécurité de son territoire,
il faut des satellites détecteurs de lancements de missiles adverses et enfin des systèmes de brouillage électromagnétique. Ajoutons à ce panorama la furtivité des déplacements Air Mer Terre et des liaisons informatiques en réseau très sécurisées. Voilà une approche du concept
Prompt Global Strike Strategic.

Mais si les USA sont les seuls à produire ce concept de guerre zéro arme nucléaire que se passe-t-il ?

A mon avis rien ; cette dissuasion fonctionnera, elle fonctionne déjà en partie puisque l'on voit des interventions US un peu partout dans le monde sans que les pays visés puissent réagir. Bien entendu je parle de pays n'ayant pas la technologie comme je le décris plus haut. Nous
avons l'exemple d'interventions par drones longue distance sur l'Irak, l'Afghanistan, le Yémen, etc. L'envoi de commandos ultras spécialisés, infiltrés et ensuite exfiltrés en fin de mission pratiquement par tous temps ; un bon exemple c'est la capture du chef d’Al Quaida Ben Laden
au Pakistan.

Mais ne perdons pas de temps, quid de la Chine, de la Russie, et même dans une certaine mesure de l'Europe ?


Suivant la propagande américaine les deux premières cités sont des dictatures et ne sont donc pas en mesure de dominer la technologie. Quant à l'Europe , la vieille Europe si elle a la technologie elle n'a pas de politiques communes excepté celle de faire de l'argent suivant les
règles du néo-libéralisme.

Mais si le principe de l'absence de technologie ne se vérifie pas dans l'Empire chinois ou la vaste Russie que se passe-t-il ?

Si la Russie peut surveiller ses frontières de façon suffisamment étanche comment user du concept de missile de croisière ou drone, fussent-ils intelligents ? De toute façon, pourquoi étendre ce concept à ces pays qui nonobstant l'idée primaire que l'on s'en fait sont sans doute capables de ces hautes technologies ?

On va faire une brève incursion dans l'idéologie. Les USA se sont habitués aux victoires militaires devant tout adversaire leur résistant. L'Allemagne nazie, le Japon impérial, voilà des proies solides qu'a vaincues l'Amérique. Certes pour le Japon c'est certain que la toute puissance américaine a été éclatante et la victoire parfaite. Pour l'Europe nazie, c'est différent, la Russie a joué un rôle majeur dans ce conflit et si elle n'en tire pas le même prestige que les USA cela ne change rien au fond.


Puis la guerre froide s'est installée et à de rares occasions où la Russie a montré quelques faiblesses (1945 & 1962) jamais l'Amérique n'a pu aligner une réelle suprématie militaire. Il faudra attendre le changement de régime en Russie (sans révolution) pour prétendre avoir gagné la guerre froide. Si la Russie s'est mollement accommodée de cet état de fait, l'Amérique et ses dogmatiques gourous de l'ultra libéralisme ne l'ont pas acceptés. De toute façon dix ans après cette victoire économique sur le papier, l’Occident à son tour était frappé par les cracs boursiers successifs mettant à bas son arrogante posture. Le temps de rêver un peu et il fallait se réveiller ; la Russie avait réhabilité son arsenal militaire nucléaire et ses vecteurs classiques (Missiles, Avions). Certes elle restait assez fragile économiquement, mais elle faisait quelques
efforts pour garder sa place et dissuader l'Amérique de lui imposer par le poids se ses armes sa loi.

Pendant se temps au pas de sénateur sortant d'une période révolutionnaire, la Chine sortait de sa longue marche, forte de sa multitude de populations elle déployait, malgré la dictature communiste, une progression économique qui lui permettait d'éduquer ses cerveaux et d'en tirer pour les militaires des dividendes qu'elle touche aujourd'hui. Nucléairement dissuasive, son arsenal militaire moderne s'étoffe, et maîtrisant toutes les technologies elle s'impose dans l'Asie du Sud Est au détriment des USA, mais peut-être aussi de la Russie.


Le pragmatisme américain part à la conquête de ses dogmes. Puisqu'elle sait qu'elle ne peut dominer ces pays, elle peut admettre de ne se prémunir d'une attaque-surprise de ces géants quelle ne maîtrise pas. Pour la Chine il n'y a que la possibilité de compter sur les voisins proches des frontières Russes et Chinoises pour installer des systèmes d'alarme prévenant assez tôt d'une attaque massive de type première frappe pour gagner assez de temps pour punir l'assaillant même si elle doit disparaître avant l'attaquant. La MAD de Mutual Assrured Destruction fonctionne encore ; mais les dogmatiques, va-t en guerre, ne se résolvent pas à ce terrible constat.

L'idée de convertir sa technologie pour déployer le mythique bouclier anti missile vient de là.

Devant les premiers succès de ce système ABM, la Russie réagit facilement en entourant ses RV (Rentry Vehicle) armés d'un cortège de leurres qui au moins pendant la phase spatiale du vol du missile dit "middle course", égare les radars guidant les ABM (Anti Ballistic Missile). Ce premier point facilement atteint, la Russie va devoir faire face à un autre problème typiquement issu de la maîtrise des hautes technologies dont disposent les USA. Il s'agit de l'art d'intercepter les RV entrant dans l'atmosphère une fois débarrassés des leurres accompagnateurs. C'est la phase d'attaque du RV dite phase finale, très délicate, les USA ont investi lourdement dans cette technique et commence à obtenir quelques résultats encourageants. Devant cette sérieuse nouvelle menace, les Russes qui avaient en leur époque soviétique évaluée les FOBS, de Fractional Orbital Bombe Strategic et les tuyères thermopropulsives de certains missiles de croisière rouvraient leurs vieux livres jaunis par l'ancienneté et se lançaient dans la technologie MARV sans lourd handicap.

Manœuvrant Rentry Vehicle voilà l'actuel antidote aux ABM en phase finale d'attaque. Le RV est accompagné d'un bus qui lui permet de changer de route dès un peu avant la rentée atmosphérique et une fois cette rentrée accomplie encore manœuvrer à l'aide d'un moteur aérobie capable de guider de façon aléatoire la charge militaire sur l'objectif qui se dévoile trop tard pour espérer dans un avenir proche intervenir pour neutraliser l'arme.

Les USA étudient eux aussi cette technique, s'ils ne semblent pas trop actifs dans le MARV, par contre ils investissent dans les hyper vitesses à base de moteurs thermopropulseur dit RAMJET ici on parle de statoréacteur. L'emblématique X-51 de Boeing en est un bon exemple de prototype expérimental. Capable une fois largué à haute altitude par un B-52, le ramjet est accéléré à Mach 3 ou 4 par un booster puis à la limite de la zone aérobie, le ramjet est activé poussant le véhicule près de Mach 6 ou 7. Pour le moment on en est là.

Les Russes qui sont héritiers d'une longue lignée de réalisations expérimentales dans la totalité de ce domaine partent avec un bagage conséquent. Avec le prototype Burya ils explorent le vol spatial avec entrée atmosphérique contrôlée ils testent les corps portants dès les années soixante-dix. De nos jours le mystérieux programme 4202 A35-71 issu du système de missile 15A35 va donner le YU-71 qui est la réplique expérimentale russe aux ABM de type SM3 de Rayeton et même EKV américains. Ce type de RV pourrait être installé sur le futur ICBM russe de la RVSN le SARMAT RS-26.

Chez les Chinois c'est encore plus obscur un prototype serait aux essais en vol le WU-14 qui comme de YU-71 Russe sont des ramjets EHSV volants après une rentée atmosphérique à Mach 10. Certes cette vitesse est moindre qu'un RV d'ICBM simple Mach 20, mais pour ces RV leur route erratique en font des cibles inattaquables, car dotées d'une route non prédictible à court terme.

Une série de tests bien curieux se déroulent en ce moment en Russie ; des ICBM Topol et UR 100 NTTH sont lancés depuis Kaspoutine Yar en direction de réceptacles situés au Kazakhstan sur Sary Shagan (ancienne base de tests ABM soviétiques). Que penser de ces tests qui pourraient bien expérimenter la rentrée de RV manœuvrant voire même de RV propulsés en vol aérobie par ramjet. Le dernier test de ce type date du 22 août 2015 à 15:33 référence Jonathan Space Report n° 715 (Jonathan Mc Dowell).

Les USA ne sont pas sans ressources pour forcer la Russie à les suivre dans le principe PGSS dont elle espère que les Russes ne pourront la suivre faute de maîtrise technologique (sans doute avec le même espoir avec la Chine). Mais face à cette dissuasion d'un nouveau type pour le moment Chinois et Russes semblent répondre par un renforcement de leur frappe atomique longue distance, inattaquable en cas de première frappe face aux ABM US.

En parallèle avec ces armes, les satellites tueurs de satellites sont aussi au programme. Si certains tests américains ne cachent par leurs objectifs d'inspection des satellites jusqu'à l'orbite GEO, pas plus la Russie que la Chine ne semble les suivre dans cette aventure. Il faut dire que pour le moment des accords internationaux stricts entravent toute réelle approche de ce problème. Les tests américains portent sur le programme AFPC-4. On garde en mémoire aussi un certain tir ABM Chinois sur un vieux satellite épave cible il y a quelques années qui avait été convaincant.

Pour le reste les USA font dans la science-fiction avec des expériences comme le programme météorologique agressif dit HAARP de High Atmosphère Auroral Rechearch Program (ionisation artificielle de la haute atmosphère), mais il est pour le moment simplement une simple thèse.

Il y a une variante dans le sigle MAD déjà explicité plus haut : Mutuelle Destruction Admise. Sans doute encore un coup des poètes de la terreur Hi Tech.

Ici en accélération un hyper missile de croisière spatiale russe BURYA

Ici en accélération un hyper missile de croisière spatiale russe BURYA

Partager cet article

Repost 0
Published by astro-notes - dans aérospatial
commenter cet article

commentaires